Alimentation et allaitement : après avoir passé 9 mois à attendre impatiemment l’arrivée de bébé, et de s’être fait une raison sur le plateau de sushi dont vous rêvez tant, il est temps de se faire plaisir, oui, même si vous avez décidé d’allaiter ! Vous avez bien raison ! Et saviez-vous que certains aliments favorisent la lactation ? Un adaptant (un peu) votre alimentation, vous mettrez toutes les chances de votre côté pour vivre un allaitement au top.

Certifié sans privations (ou presque), voici quelques astuces à mettre dans votre assiette pour vous aider à vivre votre allaitement le plus sereinement possible.

Légumes allaitement

1. Alimentation et allaitement : quel est le lien ?

Après l’accouchement, il est courant de se sentir un peu (beaucoup) fatiguée. Entre la valse des hormones, la tornade d’émotions et simplement du fait de l’accouchement en lui-même, il est important de bien s’alimenter pour aider notre corps à se remettre sur pied.

 

A. Bien s’alimenter pour bien nourrir votre bébé

Lors de ces premiers instants, votre bébé a besoin d’un apport suffisant en vitamines, minéraux, oligoéléments et protéines. Or, tout ce que vous mangez, bébé le mange aussi. Les différents apports nutritionnels passent dans votre sang et donc dans votre lait.

Favorisez une alimentation variée et équilibrée est donc essentielle pour apporter tout ce dont a besoin votre enfant pour bien grandir.

Mais rassurez-vous ! Personne ne vous en voudra de manger la tablette de chocolat qu’a apporté mamie.

 

B. Bien s’alimenter pour favoriser la lactation

Pour favoriser la lactation, il est important de bien manger, car c’est ce qui vous aidera à lutter contre la fatigue. En effet, cette dernière ne fait pas bon ménage avec l’allaitement : elle entraine une chute de prolactine, hormone chargée de la production de lait maternel.

 

2. Alimentation et allaitement : quels sont les aliments à privilégier ?

Avant même de parler d’aliments en particulier, l’essentiel est de manger à sa faim. Le corps est un bon baromètre à lui-même pour savoir si vous mangez suffisamment ou non. Certaines femmes déclarent avoir un plus gros appétit pendant la grossesse, il ne faut pas s’en inquiéter, c’est tout à fait normal.

 

A. Boire, boire et reboire

De l’eau bien sûr ! Ou toutes autres boissons non-alcoolisées ou caféinées.

L’hydratation est un point clé de l’allaitement : le lait maternel est composé à 80% d’eau, il est crucial de veiller à la bonne hydratation de votre corps et de votre lait.

Si votre urine est de couleur foncée, cela s’explique souvent par une hydratation insuffisante.

 

B. Les légumes verts

Feuille de pissenlit, fenouil, choux, épinards, persil, cresson… Il y en a pour tous les goûts ! Les légumes verts sont experts en apports énergétiques, de quoi affronter avec panache les longues nuits passées avec bébé !

Mention spéciale pour l’alfata et le fenugrec, des plantes herbacées méconnue mais riches en galactose pour favoriser la lactation.

 

C. Des prot’ à volonté

On ne va pas vous mentir, vous ne remettrez pas les pieds à la salle de musculation tout de suite. Pour autant, votre corps a besoin plus que jamais de protéines animales et végétales.

Favorisez alors les œufs, la viande, le poisson, et les oléagineux. N’hésitez pas à consommer noix, noisettes, amandes (si vous n’y êtes pas allergiques) pour les protéines végétales.

 

D. Les épices

Ail, anis, aneth, basilic… N’hésitez pas à en rajouter dans tous vos plats ! En plus de les relever un peu, ils vous permettront de favoriser vos montées de lait.

 

E. Les produits laitiers

Lors de l’allaitement, il est essentiel de transmettre à votre enfant un apport suffisant en calcium. Évidemment, le calcium est présent dans d’autres aliments que les produits laitiers.

Pour autant, ils sont faciles à consommer et contiennent d’autres vitamines, comme la vitamines B12, importantes pour le développement de votre enfant.

Si vous êtes intolérantes au lactose, ou que vous ne désirez pas en consommer, n’hésitez à demander conseils aux professionnels de santé qui sauront vous aiguiller.

 

3. Les aliments à éviter

Bonne nouvelle : crudités, sushis, sashimi, fromage, saucisson, tout ce que vous ne pouviez plus manger pendant votre grossesse est à nouveau à votre disposition ! En revanche, d’autres aliments sont à éviter.

 

A. L’alcool

Évidemment, vous avez envie de trinquer avec vos proches à l’arrivée de ce nouveau-né ! Mais préférez dans un premier temps les jus de fruits. En effet, l’alcool bu est présent dans votre sang, et donc dans votre lait maternel. Boire (même avec modération) de l’alcool peut entrainer des effets néfastes pour votre enfant.

 

B. La caféine

Après des nuits mouvementées, on pourrait être tentée de prendre une bonne tasse de café… Mais la caféine n’est pas forcément adaptée pour votre enfant. Il pourrait montrer des signes d’irritabilité, et de perturber son sommeil.

La consommation de caféine recommandée pour les femmes allaitantes varie d’un pays à l’autre. Le mieux, c’est de ne pas en boire du tout, ou de demander conseil à un professionnel.

Attention, les sodas contiennent aussi de la caféine.

 

C. Évitez les petits plats tout faits

Bon, rien de dramatique si vous en consommez une fois de temps en temps quand la journée a été un peu rude.

Ces plats contiennent des graisses transformées et saturées, et sont souvent trop salés et trop sucrés.

Fruits allaitement

Les questions fréquentes :

Est-ce que je dois manger plus pour allaiter mon enfant ?

Tout dépend. En moyenne, il faut pour une femme allaitante, 500 calories de plus que pour une femme qui n’allaite pas. Cependant, ce chiffre varie en fonction de votre IMC, de vos propres besoins d’apports énergétiques, et de votre allaitement (s’il est exclusif ou non).

Bref, le mieux c’est d’écouter son corps, et de ne surtout pas s’empêcher de manger. On s’occupera de perdre les kilos de grossesse plus tard (ou pas).

 

Dois-je prendre des compléments alimentaires ?

Si vous n’avez pas de régime particulier (végétalisme, végétarisme, allergies…), il n’est pas forcément obligatoire de prendre des compléments alimentaires.

Le mieux, c’est de demander aux professionnels de santé !

 

 

Si malgré tous ces conseils et toute votre bonne volonté, vous observez une perte de poids significative chez vous ou chez votre enfant, n’hésitez à demander conseil aux professionnels de santé.

L’allaitement n’est pas obligatoire, et n’est pas adapté à toutes les femmes. Il existe d’autres solutions pour nourrir sainement votre enfant et créer du lien avec lui.

Découvrez nos autres articles sur la maternité : 

Les positions pour allaiter

Comment bien dormir pendant la grossesse ? 

Sources :

https://naitreetgrandir.com/fr/etape/0_12_mois/alimentation/fiche.aspx?doc=naitre-grandir-alimentation-pendant-allaitement&gclid=CjwKCAjwzvX7BRAeEiwAsXExo8vHNkNlow_ogFtWfStwIBkLcvfYQ4gIwgEprxJ61JdqYeLeeJpwPhoClKoQAvD_BwE

https://www.medela.fr/allaitement/experience-de-maman/allaitement-que-manger#:~:text=Il%20est%20donc%20recommandé%20de,une%20importante%20source%20d’énergie

https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/Dietes/Fiche.aspx?doc=diete-allaitement

https://www.amourmaternel.fr/alimentation-de-la-maman-allaitante-pour-favoriser-la-lactation