Les pertes blanches, qu'est-ce que c'est ?

Les pertes blanches sont des sécrétions vaginales blanchâtres quotidiennes. Elles font entièrement partie de la vie d’une vulve. Pourtant, on entend souvent dire qu’elles sont sales, malodorantes, répugnantes, bref, elles n’ont pas très bonne presse… Pourtant, les pertes blanches sont les témoins et les preuves d’une flore vaginale complexe, fascinante, et entre nous, vachement bien pensée ! Mais comment nous en vouloir de leur porter un regard si réducteur, alors que jamais personne n’a pris le temps de nous les présenter comme autre chose qu’une tâche visqueuse au fond de notre culotte ? Heureusement, Fava s’empare du sujet, et vous emmène faire connaissance avec celles qui partagent votre vie depuis presque toujours… les leuchorées, ou plus communément appelées « les pertes blanches ».  

#1 Les pertes blanches, à quoi s’est dû ?

  • D’où viennent les pertes blanches ?

Les pertes blanches sont le résultat d’un mélange de diverses sécrétions. La grande majorité proviennent des glandes du col utérin. Il y a aussi le « percole », liquide provenant du vagin à travers ses parois, de la glaire cervicale, et des sécrétions des glandes de l’orifice vaginal, comme les glandes de Bartholin.  

  • À quoi ça sert ?

Les pertes blanches sont de véritables super-héroïnes, mais surtout de super alliées.   Elles permettent de garder une flore vaginale saine de façon totalement autonome. Elles sont composées de milliers de « bonnes » bactéries qui leurs permettent de produire de l’acide lactique. Un peu étrange on vous l’accorde, mais cet acide lactique vient permettre de baisser le pH du vagin, et ainsi, détruire les mauvaises bactéries qui pourraient s’y nicher. C’est ce qui explique pourquoi certains fonds de culotte peuvent être décolorés !   Mais ce n’est pas tout ! Elles servent aussi à la lubrification du vagin, dans la vie de tous les jours certes, mais aussi pendant les rapports.   Alors la prochaine fois que nos regards se croiseront, prenons de remercier ces valeureuses combattantes, garantes de notre confort et de notre plaisir, tout en luttant sans relâche contre les potentielles infections !  

#2 Les pertes blanches au cours sa vie

  • À l’adolescence

Les pertes blanches arrivent souvent au début de sa puberté, au moment où les œstrogènes commencent à œuvrer. Au départ, elles peuvent ne pas être très importantes pour s’intensifier plus tard.  

  • Pendant son cycle menstruel

Les pertes blanches sont souvent plus intenses au moment de l’ovulation. En effet, elles ont pour objectif de favoriser la circulation des spermatozoïdes dans le vagin jusqu’à l’utérus. Elles sont aussi souvent plus liquides et/ou plus filamenteuses.  

  • Contraception et grossesse

Tributaires des variations hormonales, les pertes blanches ont tendance à s’intensifier aussi pendant les grands chamboulements hormonaux. C’est pourquoi on observe plus de sécrétions à la prise d’une contraception hormonale et lors d’une grossesse.  

  • À la ménopause

Une fois la ménopause venue, la production de ses sécrétions vient à largement diminuer, voire totalement disparaître. Cependant, certaines femmes continuent d’avoir des pertes blanches. Il est alors important d’en connaître l’origine, afin de pouvoir écarter toutes suspicions d’infections.   De façon quotidienne ou occasionnelle, les protège-culottes sont un bon moyen de les oublier lorsqu’elles deviennent inconfortables.

#3 Les pertes blanches, est-ce que c’est sale ?

Les pertes blanches ne sont pas plus sales que de la salive, de la transpiration ou tout autres sécrétions que notre corps produit. Elles sont naturelles et attestent d’une flore vaginale en bonne santé. Pour autant, cela n’empêche pas de conserver quelques règles d’hygiène pour votre vulve :

  • Changer de sous-vêtement tous les jours.
  • Privilégier les sous-vêtements en coton, plus respirant.
  • Laver sa vulve (attention, la vulve, pas le vagin) quotidiennement à l’eau claire ou avec un savon adapté.

  Attention, trop d’hygiène tue l’hygiène ! La vulve n’a pas besoin d’être nettoyée plusieurs fois par jour et le vagin n’a JAMAIS besoin d’être nettoyé.  

#4 Quand doit-on s’inquiéter ?

 

  • L’odeur

Les pertes blanches ont toujours une odeur, cependant, elles ne sont pas malodorantes pour autant. Pouvoir sentir ses pertes blanches ne doit donc pas provoquer l’envie de courir voir votre gynécologue ! En revanche, si cette odeur change, devenant plus forte voire malodorante, c’est peut-être le signe d’une mycose ou d’une infection. Dans ce cas-là, prenez rendez-vous avec un.e professionnel.le de santé. En marchant, ça suffira amplement.  

  • L’aspect

L’aspect « normal » des pertes et visqueux, parfois liquide, de couleur blanche à jaunâtre. En revanche, si elles deviennent épaisses, mousseuses et/ou granuleuses, surtout si elles sont accompagnées d’une odeur inhabituelle, d’une couleur grisâtre, verdâtre ou striée de sang, consultez un.e professionnel.le de santé.  

  • La quantité

La quantité « normale » des pertes sont en moyenne d’1 cuillère à café de sécrétions. Elles varient d’une femme à l’autre. Un changement hormonal peut faire varier cette quantité. Il faut alors surtout surveiller s’il existe un changement de quantité non justifiable de sécrétions.     Voilà, vous savez maintenant tout sur nos meilleures alliées les pertes blanches ! N’hésitez pas à partager cet article et normalisons les sécrétions vaginales !  

Découvrez nos autres articles sur les règles :

Que signifie la couleur des règles ? La culotte menstruelle, comment ça marche ? Comment mettre un tampon facilement ?  

Source :

Les joies d’un bas – Ellen Stokken Dahl & Nina Brochmann

Catégories Règles

Laisser un commentaire

Articles connexes

Loading...