Combien bien se raser la vulve ? C’est vrai, la puberté arrive avec un tas de changement hormonaux dans notre corps : en plus des changements de morphologie, des poils commencent à apparaître sous les aisselles, sur les jambes et sur la vulve. Plus précisément sur ce que l’on appelle « le mont de Vénus ».

A notre époque, les femmes ont pris l’habitude de retirer leurs poils (du moins une partie) sur ce joli mont de vénus. Entre autres, en décidant de se raser la vulve. Évidemment, il n’y a aucune obligation à retirer ses poils : chacune fait ce qu’elle en veut et cette décision appartient au libre arbitre de chacun.

Donc on envoie bouler les mecs (et les meufs) qui font des réflexions sur nos poils !

En ce qui concerne le maillot, étant une zone très sensible, on a tendance à craindre l’épilation à la cire. Beaucoup optent alors plutôt pour le rasoir. Pourtant, le rasage est un peu la bête noire de l’épilation, entre mille idées reçues et vraies informations.

T’inquiète, pour éviter les faux pas on te fait le mode d’emploi.

Se raser la vulve

1. Les commandements pour bien se raser la vulve

Dans le sens du poil je me raserai

Alors oui, se raser dans le sens contraire du poil donne un résultat plus doux et plus net, mais il est vecteur d’inflammation du follicule pileux. En plus clair, tu multiplies tes chances d’avoir des poils incarnés et/ou une repousse douloureuse.

Une lame propre et aiguisée j’utiliserai

Les lames usées sont pleines de petites bactéries qui n’attendent qu’une chose : se nicher dans la microcoupure qu’engendre le rasage. Ces bactéries sont à l’origine d’infections plus ou moins graves : du petit bouton au plus gros furoncle.

De ne pas me ruiner je prendrai soin

Les rasoirs sont très chers, et ceux colorés en rose encore plus. Ne te laisse pas avoir : une peau reste une peau, qu’elle soit féminine ou masculine. N’hésite surtout pas à te tourner vers le rayon masculin pour tes rasoirs. Les grandes marques aux milles promesses ne sont pas forcément mieux que les autres.

Peut-être vaut-il mieux avoir un rasoir bas de gamme que l’on change à chaque utilisation, plutôt qu’un rasoir hors de prix que l’on a peine à voir jeter à la poubelle.

Une peau exfoliée j’aurais

Alors, on y va doucement quand même, le but n’est pas d’irriter la peau non plus. Mais une peau exfoliée, c’est-à-dire libre de toutes ses petites peaux mortes, permet aux poils qui pourraient devenir de jolis petits incarnés de les aider à sortir de la peau en douceur.

De l’eau en quantité j’utiliserai

Un point très important : ne jamais se raser sur peau sèche. En effet, les poils étant plus rigides, la pression demandée est donc plus importante, ce qui favorise les irritations. L’eau, est de préférence chaude, permet de ramollir le poil et de rendre le rasage plus doux et moins irritant.

2. Stop aux idées reçues sur le rasage

Les idées reçues sur le rasage sont nombreuses, et tiennent de mythes différents, largement répandues.

On arrive mettre un gros coup de pied dans ces idées toutes faites !

Le rasage rend les poils plus drus

FAUX !

On pense que cette idée reçue tient son origine du fait que les jeunes filles commencent à se raser lors de leur puberté, autrement dit le moment où la nature de leur poil est en train de changer. On commence à raser, et deux jours plus tard on s’aperçoit que les poils ont repoussés en plus noirs et plus drus. On imagine alors que c’est le rasoir qui est à l’origine de ce changement. Or non, c’est tout simplement le changement hormonal qui rend les poils « adultes », plus noirs et plus épais.

Le rasage augmente la pilosité

ENCORE FAUX !

Même explication que pour l’aspect des poils, souvent rasés à l’adolescence, on a tendance à accuser le rasoir du nombre de poils que l’on a sur la peau. Et pourtant il n’a rien à voir avec ça ! La pilosité est quelque chose de génétique. En fait, on nait déjà avec le même nombre de poils qu’à l’adolescence, seul leur aspect change. Nous avons donc l’impression qu’ils sont plus nombreux alors que ce n’est pas le cas.

Le rasage fait forcément des poils incarnés

A MOITIE FAUX …

Le Docteur Hextall explique que souvent, c’est simplement la nature du poil qui engendre l’incarnation de ce dernier. En effet, les personnes ayant des cheveux bouclés ou crépus sont plus susceptibles d’avoir des poils bouclés eux-aussi. Les poils bouclés, de par leur forme, ont tendance à moins bien percer la peau et donc à créer des poils incarnés. On ne peut rien faire contre la nature…

Pour autant, le rasoir a quand même une part de responsabilité là-dedans. Un rasage dans le sens contraire du poil ou un rasoir à plusieurs lames influence la pousse du poil, et donc favorise l’apparition de poils incarnés.

Pour les éviter, on respecte bien tous les commandements, et tout devrait rouler (ou pousser) comme il faut.

 

LE PETIT PLUS : Saviez-vous que les poils ont certes une fonction protectrice, mais qu’ils contribuent aussi à notre sensibilité sexuelle !

Un simple effleurement envoie des stimuli aux follicules pileux, qui lui-même en renvoie au système nerveux : une véritable expérience sensorielle !

La vie est trop courte pour se raser la vulve

 

Découvre nos autres articles lifestyle :

Sport et douleurs de règles, comment les soulager ? 

Pilule et hormone, quels sont les effets sur ton corps ? 

 

Sources :

https://www.lookdujour.ca/la-trousse/trucs-diy/poils-incarnes-1.3541832

https://www.madmoizelle.com/rasage-epilation-idees-recues-998487

Livre : les joies d’en bas