Une simple culotte pour protéger ses vêtements pendant les règles, c’est possible ça ? Et bien oui, c’est ce que promet la culotte menstruelle : une culotte, et c’est parti !

Très populaire ces derniers temps, la culotte menstruelle séduit par sa praticité et son confort.

Mais comment ça marche ? Est-ce une bonne alternative aux serviettes et aux tampons ? Qui a réussi ce pari fou de n’utiliser qu’une culotte pour ses règles ?

On vous dit tout dans cet article !

Re.culottée

I – Il était une fois l’Histoire de la culotte menstruelle…

Je sais qu’au moment où vous lisez cet article, vous vous demandez sûrement : « Mais QUI a eu cette fabuleuse idée de créer la culotte menstruelle ? ». Et comme vous, nous nous sommes posé la même question. Seulement, impossible de contacter Stéphane Bern. Tant pis, nous le remplacerons pour cette fois.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la culotte menstruelle ne date pas d’hier, seule leur forme a changé.

A la fin du XIXème siècle, existait la ceinture menstruelle, comprenant une bande absorbante pelucheuse au niveau de l’entre-jambes, qu’il était possible de laver. Niveau confort, on repassera.

La ceinture menstruelle continuera d’être utilisée jusque dans les années 70, mais cette fois avec des bandes jetables.

Ce n’est qu’en 2015, que la première entreprise de culotte de règles voit le jour. Thinx, marque de protections hygiéniques américaine, commercialise ses culottes en 2015. C’est une révolution aux États-Unis, qui prendra petit à petit de l’ampleur en France.

 

Stéphane Bern, si tu lis cet article, j’espère que nous t’avons fait honneur.

 

II – La culotte menstruelle, comment ça marche ?

Chaque culotte présente sur le marché a ses caractéristiques, cependant, il existe des similitudes.

 

C’est avant tout une histoire de couche. Mais oubliez « l’effet Pampers », les couches sont pour la plupart assez fines pour qu’elles se sentent à peine. Aussi, beaucoup de culottes aujourd’hui sont faites à partir de fibres de bambou.

Chez Fava, nous utilisons du coton biologique, et la nouvelle technologie de tissage 3D. Et vous ne vous tromperez pas si vous trouvez dans ce mot une consonance futuriste.

Tissage 3D

« 3D », c’est pour 3 couches de quelques millimètres.

La première, la strate supérieure, est la seule en contact avec la peau. Elle assure le confort et la douceur, grâce à son coton biologique certifié.

La deuxième, c’est la strate absorbante, celle qui permet d’absorber le flux, et d’éviter la sensation « mouillée », qui entre nous, n’est pas franchement agréable.

Elle est constituée d’un tissu technique 3D, qui absorbe et laisse respirer.

 

La troisième et dernière couche, c’est la strate « anti-fuite ». C’est elle qui se charge de retenir le liquide, et ainsi d’éviter les « M**** mon pantalon blanc ! ».

Elle contient du coton biologique et un stratifié très mince de polyuréthane, ce qui lui permet d’être à la fois imperméable, tout en permettant à la condensation naturelle de s’échapper.

 

III – Les avantages d’une culotte menstruelle

 

Ok, mais est-ce que c’est vraiment pratique ?

À ça je vous réponds un grand OUI ! Mais comme je doute que cette réponse soit suffisante, passons en revue les différents avantages qu’offre une culotte menstruelle.

 

  1. C’est écologique

En effet, ici, la culotte est réutilisable pendant des mois, voire des années.

Chez Fava, la Re.culottée, bien utilisée, est efficace pendant 4 ans.

 

  1. C’est économique

Inutile d’en racheter tous les mois, il suffit de la passer une fois en machine, et elle en ressort comme neuve ! Elle permet de limiter, voire de supprimer l’achat d’autres protections jetables.

 

  1. C’est pratique

Elle ne prend pas plus de place qu’une culotte classique, elle passe dans votre tiroir, dans votre valise, votre sac à main, et même dans votre soutien-gorge (on ne sait jamais, quand c’est vraiment la galère, il s’agit d’être inventive) !

 

  1. C’est sans risque pour la santé…

…tant qu’elle est faite avec des matériaux non-toxiques (on dit non aux microparticules !).

Contrairement aux protections hygiéniques internes, la culotte ne retient pas le flux dans le vagin, et donc ne favorise pas la prolifération du staphylocoque doré, responsable du SCT (syndrome du choc toxique).

 

IV – Conseils d’entretien pour ta culotte menstruelle

Pour que votre culotte menstruelle reste efficace le plus longtemps possible, il est essentiel d’en prendre soin. Mais rassurez-vous, il n’est pas obligatoire de la purifier tous les soirs à la sauge en prononçant des incantations latines non plus, il suffit d’avoir quelques bons réflexes.

 

  1. On lave sa culotte à 40° maximum
  2. On dit bye-bye au sèche-linge
  3. Pas d’adoucissant
  4. Non à l’eau de javel
  5. Pas de lavage à sec
  6. Et on oublie le fer à repasser.

 

Voilà ! Vous savez maintenant tout ce qu’il faut savoir sur les culottes menstruelles !

 

Convaincu.e.s ?

Découvre notre toute nouvelle Re.culottée ! La culotte menstruelle ré.sistante au(x) super flux.

Disponible ici.

 

 

Source :

Histoire de la culotte menstruelle